Cher Tristan

Je reçus ma toute première lettre à l’âge de huit ans. Lorsque je l’ouvris, je n’en compris pas grand-chose, mais quelque chose dans ces tournures de phrases, dans cette écriture, me parut si familier que je décidai de la conserver précieusement jusqu’à ce que je sois en âge de comprendre ce que cette lettre signifiait.

Cher Tristan,

Je sais que tu ne liras pas cette lettre avant quelques années, mais il est essentiel pour moi de te l’écrire aujourd’hui. J’ai tout vu. Oui, tout. Peut-être était-ce un rêve, peut-être était-ce la réalité, peu importe. Et même si c’était un rêve, j’ai tout vu, du jour où tu vas décider de tout quitter, jusqu’au jour où ton dernier souffle va se glisser entre tes lèvres légèrement ouvertes, alors pourquoi ne pas croire en ce rêve ?

Peu importe l’âge à laquelle cette lettre te parviendra, peu importe si elle fera sens, dans tous les cas, je sais qu’elle trouvera à nouveau son chemin vers toi lorsque le moment sera venu. La seule chose dont tu dois toujours te souvenir, c’est de croire en toi et de croire en les décisions que tu vas prendre. Elles seront parfois difficiles, tu vas vouloir revenir sur certaines d’entre elles, tu vas vouloir tout abandonner pour retourner vers une situation confortable. Crois-moi, je sais à quel point cela est tentant, je m’en souviens encore, je le ressens encore. Prends celle-ci par exemple : le jour de tes vingt ans, tu vas vouloir t’installer avec quelqu’un qui va t’aimer comme personne ne t’a jamais aimé. Suis ton instinct, suis ton cœur, vis cette aventure. Ce sera une étape cruciale de ta vie. Au bout de quelques mois, c’est là que les choses se corseront. L’amour est quelque chose de mystérieux, et tout le monde ne le ressent pas de la même façon. C’est vital pour certains, pratiques pour d’autres, optionnels pour les personnes en phase avec elles-mêmes. Un chemin s’ouvrira à toi, c’est là que tout peut basculer. Le choix sera rude, tu voudras retourner en arrière, tu auras des regrets. Je n’ai qu’un seul message à te faire passer pour ce moment : ne regrette rien, tu as pris la bonne décision.

Se détacher, tout quitter pour aller dans ce pays qui fera battre ton cœur comme jamais, déployer ses ailes et se rendre compte à quel point la vie est puissante, à quel point les attaches que tu te forçais à avoir ne te sont pas indispensables, c’est cela la vie. Ne doute jamais de tes choix, concentre-toi sur tes propres sentiments, ton propre ressenti, c’est ça qui est essentiel, c’est ça qui va te rendre heureux, et c’est ça qui va t’éviter de rendre d’autres personnes malheureuses.

Tout va prendre sens dès la seconde où tu vas poser le pied dans ce pays, quand tu vas fouler toi aussi ces rues bondées de monde ou ces espaces plus paisibles que tu trouveras au détour d’une ruelle, découvrir ces gens si différents mais tellement ouverts, apprendre tant de choses sur cette culture qui a su s’inspirer des trésors de divers pays pour créer son identité propre et unique.

Et rassure-toi, tu seras entouré d’amour. Peut-être pas de l’amour dont tu t’en fais l’idée au moment où tu liras cette lettre pour la première fois, mais d’amour comme tu le ressens, comme tu en as besoin : dans l’amitié, dans ces familles et ces collègues qui vont parsemer ta vie de petits et grands bonheurs. Tu auras trouvé ta voie, ta façon de vivre, et quand on te demandera si tu vis seul, tu répondras que tu as créé un millier de liens avec divers gens de parcours divers depuis ton arrivée, et que tu sais que tu ne seras jamais seul.

Tu grandiras, tu t’ouvriras, tu t’éveilleras, et tu seras heureux, tout simplement. Parfois tu repenseras aux relations du passé, parfois tu douteras, lorsque tu appelleras tes parents qui te demanderont « alors, tu nous la présentes quand ? », mais au fond de toi, tu sais que tu auras pris la bonne décision. Le bonheur ne dépend pas des autres, le bonheur dépend de toi, et dans ton cœur, il n’y a aucune obligation, tout est simple, si simple.

Tu réussiras de grandes choses. Tu travailleras avec les livres, tu en écriras même, dans plusieurs langues, en français, en anglais, et aussi en japonais, langue que tu auras maîtrisée au bout de plusieurs années qui défileront en un instant. Tu seras perçu comme un grand connaisseur de ce pays, mais pourtant, tu apprendras tellement de choses au quotidien, à travers des voyages, à travers des échanges, à travers des liens que tu tisseras avec toutes les personnes qui croiseront ton chemin et qui t’apporteront du positif. Et c’est là le plus important.

« Qui est ce fou », t’entends-je prononcer à voix basse au fur et à mesure que tu lis ces mots. Ne te méprends pas : je n’ai aucunement l’intention de te forcer à croire le contenu de cette lettre. Je sais que c’est peine perdue, je te connais mieux que quiconque. Tu vas lire cette lettre, l’oublier peut-être, mais elle te reviendra en mémoire quelques années plus tard. La situation dans laquelle tu te trouveras la fera resurgir dans ton esprit et elle refera son chemin vers toi. Et même à ce moment-là, tu n’y croiras pas trop. Tu te diras « Oui, mais non », tu essaieras de te mentir à toi-même, mais je sais pertinemment qu’à partir de cet instant-là, elle sera toujours dans un coin de ton esprit. Je ne souhaite pas qu’elle influence tes choix, je souhaite tout simplement qu’elle te conforte dans tes décisions, pour t’épargner tout ce trouble inutile par lequel je me suis vu passer.

Pour finir, Tristan, tu es spécial. Souviens-toi juste que c’est à toi de faire ta propre vie, de la façon dont tu l’entends, et non de la façon dont la société ou tes proches l’imaginent pour toi. Il n’y a aucun mal à poursuivre le bonheur, et il n’y a pas plus grand bonheur que celui d’être en phase avec soi-même.

J’espère que cette première lecture n’a pas été trop tumultueuse, mais crois-moi, la prochaine fois que tu liras cette lettre, ce sera un soulagement.

Tristan

FIN

Vous voulez rémunérer notre démarche et, à terme, les auteurs que nous publions ?

Contribuez à Réticule sur Tipeee


Kevin Dio est un passionné de lecture et d’écriture. Il vit à Tokyo depuis 2016, une ville qui l’inspire dans ses écrits. Âgé de 28 ans, il travaille dans le marketing digital dans ce pays qui ne cesse de le fasciner.

https://comaujapon.wordpress.com